Simply enter search in the box below.

What are you looking for?

Sample Page

Un moment pour élever la voix des jeunes femmes et les choix de planification familiale

Auteure : Janet Holt, Administratrice de Programme, Programme de développement mondial et de population à la Fondation William et Flora Hewlett.

English version >>

A healthcare worker discusses family planning options with a young woman Photo par Jonathan Torgovnik/Reportage par Getty Images.

Les jeunes femmes – de moins de 20 ans – sont celles qui ont souvent le plus de mal à accéder aux services de planification familiale et de santé de la reproduction, en particulier en Afrique subsaharienne. C’est pourquoi je suis ravie que des centaines de personnes du monde entier fassent partie de la conférence de Kigali, au Rwanda, en novembre, afin de façonner la manière dont praticiens, donateurs, défenseurs et mouvements mondiaux peuvent aider les jeunes hommes et femmes à trouver, comprendre et utiliser la contraception et d’autres services de planification familiale. (Bonus: ils ont promis une partie #NoPanels pour la conférence!)

Je suis honorée d’être la plus récente administratrice de programmes de la Fondation William et Flora Hewlett, où j’appuie des subventions qui cherchent – directement et par le biais du plaidoyer – à étendre des services complets de santé reproductive aux femmes dans l’ensemble de l’Afrique, et en particulier en Afrique occidentale francophone. J’ai hâte de rencontrer de nombreuses organisations avec lesquelles Hewlett a collaboré au fil des ans, et de me plonger dans les discussions sur la conception centrée sur l’être humain, les méthodes permettant d’impliquer les chefs religieux et les hommes dans la planification familiale, et la coordination des donateurs.

Je porterai une attention particulière aux discussions sur la manière dont les jeunes femmes et les filles peuvent accéder à la planification familiale, en particulier au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, en Guinée, au Mali, en Mauritanie, au Niger, au Sénégal et au Togo, dont les gouvernements ont rejoint les donateurs (y compris la Fondation Hewlett) en 2011 pour créer le partenariat de Ouagadougou.

Le partenariat de Ouagadougou vise à accroître et à améliorer les services pour toutes les femmes et tous les hommes et a déjà pris de grands engagements envers les jeunes. Les gouvernements, les fournisseurs de services, les jeunes leaders, les chercheurs et les défenseurs participent activement à de nombreuses nouvelles initiatives. En effet, il y a beaucoup d’espoir à avoir pour:

  • Les jeunes ambassadeurs qui façonnent la politique de planification familiale et le plaidoyer avec leurs propres gouvernements. Les neuf pays du partenariat de Ouagadougou ont maintenant des groupes de Jeunes Ambassadeurs, soutenus par le projet de Renforcement de la société civile pour la planification familiale en Afrique de l’Ouest (CS4FP) financé par Hewlett et dirigé par IntraHealth International. Les Jeunes Ambassadeurs s’associent à leurs coalitions respectives d’organisations de la société civile (OSC) pour plaider en faveur de la planification familiale auprès des gouvernements nationaux et régionaux; plusieurs d’entre elles se joindront à nous à l’ICFP. Dans une évaluation indépendante de la stratégie de la Fondation Hewlett en Afrique de l’Ouest francophone, les évaluateurs ont indiqué que « les personnes interrogées ont souvent évoqué la visibilité et le succès des collectes de fonds des groupes de jeunes comme des signes de succès des efforts de plaidoyer ». En effet, certains pays ont montré leur volonté d’impliquer les jeunes dans leur planification nationale, y compris au Burkina Faso où les Jeunes Ambassadeurs ont joué un rôle important dans le développement du Plan national d’accélération de la planification familiale 2012-2020 de leur pays, notamment en allouant 28% du budget national à la planification de la famille pour l’accès des jeunes et des adolescents à la planification familiale, l’un des leaders de la région.
  • Les pays qui testent et développent de nouvelles approches pour mieux toucher les jeunes hommes et femmes. Deux organisations que nous soutenons, Marie Stopes International et Ideo.org, ont développé une approche prometteuse pour promouvoir la planification familiale chez les adolescentes mariées au Burkina Faso, sur la base de ce qu’elles ont appris sur l’influence des maris en tant que gardiens des accès pour leurs jeunes femmes. Le programme basé sur les jeux de société en est encore à la phase de « prototypage » au Burkina Faso et est en cours d’adaptation au contexte sénégalais de MSI dans les mois à venir.
     
    Le Collectif Camber a utilisé des méthodes de segmentation psycho-comportementales pour créer une analyse nuancée des besoins, attitudes et comportements en matière de planification familiale parmi cinq segments féminins uniques au Niger, permettant de déterminer quels segments sont susceptibles de modifier leur comportement et, surtout, ceux qui ne le sont pas. Au Bénin, elles effectuent actuellement une analyse de suivi de leur segmentation sur la manière dont les jeunes femmes célibataires pensent et abordent la planification familiale. Nous attendons avec impatience de voir les résultats de leurs travaux plus tard cette année et la manière dont ces informations pourraient éclairer d’autres travaux dans ce domaine.
  • Les prestataires de services de la région qui s’emploient à élargir l’éventail des choix en matière de contraception disponibles et destinés aux jeunes. DKT International a établi un bureau régional en Afrique de l’Ouest en 2016 et a lancé une gamme de nouveaux produits destinés à onze pays, dont le très populaire « Préservatifs Kiss » (Kiss Condoms), la première marque régionale de préservatifs pour la jeunesse. Pathfinder continue à renforcer sa présence et son impact dans la sous-région avec ses programmes de santé sexuelle et procréative destinés aux jeunes.

Pourtant, il reste tant de besoins. Les progrès ont été inégaux entre les pays, soulignant la nécessité d’accroître l’engagement et le financement dans les endroits où la provision de services aux jeunes est à la traîne. Les questions de coûts abondent, car les nouvelles approches pour les jeunes nécessitent souvent des investissements plus importants, en particulier aux stades de recherche et de conception. Et comme nous approchons de la date limite pour remplir notre objectif mondial, l’urgence d’agir ne fait qu’augmenter.

J’ai hâte de participer à vos conversations et aux efforts de la Conférence internationale de la planification familiale sur ces questions et ces besoins. Ce sera une plateforme particulièrement passionnante pour entendre les jeunes leaders inspirants du monde entier, en apprendre davantage sur les meilleures pratiques, et pour lancer conjointement une action au sein du Partenariat de Ouagadougou et au niveau mondial pour atteindre nos objectifs pour 2020. Je suis fière que mes collègues de Hewlett aient apporté un soutien financier aux efforts de traduction de la Pré-Conférence des Jeunes afin de le rendre plus inclusif, en particulier pour nos amis francophones. J’encourage les participants, en particulier nos plus jeunes collègues, à me contacter à la conférence et à partager vos idées, vos questions et vos espoirs. À bientôt!